Publié le : 17-12-2019 à 12:00:28 Synthèse, compilation et textes réunis (David N'DJA Boka)

AFRIQUE/ TELEPHONIE/ TECHNOLOGIES/ ORANGE : quelles perspectives de développement ?


« Télécoms/ Orange et l’Afrique/ Montée en puissance d’internet et du transfert d’argent : Depuis deux ans, l’opérateur voit la part de la téléphonie classique baisser dans ses revenus (de 64 % en 2016 à 50 % au dernier trimestre 2018), au profit de données internet et du transfert d’argent, qui représentent respectivement 23 % et 8 % de son chiffre d’affaires (contre 15 % et 3 % au premier trimestre 2016). »

 

 Résultat de recherche d'images pour "téléphonie, orange afrique, 2019"

 

---------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour "Africa, orange, money"

 

1 - Télécoms : Orange surfe sur le développement du marché africain

 

Avec 5,1 % de croissance en 2018, l’Afrique est le marché le plus dynamique de l’opérateur téléphonique français Orange, qui y réalise environ 12,6 % de son chiffre d’affaires, a indiqué le groupe à Londres, le 21 juin.

 

Implanté dans 19 pays, Orange Middle-East and Africa (OMEA) affiche pour l’année 2018 un chiffre d’affaires de 5,2 milliards d’euros (pour un CA global de 41 milliards d’euros), en hausse de 5,1 % par rapport à 2017 (contre 1,3 % de croissance globale en 2018), selon les chiffres présentés par les dirigeants du groupe à Londres, le 21 juin.

 

OMEA, qui réunit 121 millions d’utilisateurs, est leader dans sept pays du continent, et occupe la troisième place des opérateurs téléphoniques en Afrique, derrière Vodacom (5,2 milliards d’euros de CA ; 130 millions d’abonnés) et MTN (8,3  milliards d’euros de CA ; 233 millions d’abonnés).

 

Résultat de recherche d'images pour "Orange, transfert d’argent, Afrique"


_ Montée en puissance d’internet et du transfert d’argent

Depuis deux ans, l’opérateur voit la part de la téléphonie classique baisser dans ses revenus (de 64 % en 2016 à 50 % au dernier trimestre 2018), au profit de données internet et du transfert d’argent, qui représentent respectivement 23 % et 8 % de son chiffre d’affaires (contre 15 % et 3 % au premier trimestre 2016).

 

« C’est un rythme que nous pouvons tenir dans la durée, avec une performance de profit au moins à ce niveau, voire supérieure », a commenté Ramon Fernandez le directeur général adjoint d’Orange, en charge des finances. Orange – comme ses concurrents – est également dans les starting-blocks pour prendre part à l’ouverture du marché des télécoms en Éthiopie, décidée le 14 juin par le gouvernement. Une libéralisation qui devrait être effective en 2020, a estimé Ramon Fernandez, interrogé par l’agence Reuters.

 

Résultat de recherche d'images pour "Orange and Huawei, partnership"


_ Partenariat avec Huawei confirmé

Interrogé sur la situation de Huawei, premier équipementier d’Orange en Afrique, le dirigeant d’OMEA, Alioune Ndiaye, a affirmé l’intention de son entreprise de poursuivre le partenariat avec son fournisseur, malgré la pression commerciale venue des États-Unis, qui accusent accuse la firme chinoise d’espionnage.

 

Huawei est en outre au cœur d’une polémique suite à des failles de sécurité permettant l’espionnage des réseaux informatiques de l’Union Africaine, à Addis-Abeba, entre  2012 et 2017. Mais pour Alioune Ndiaye, cité par l’AFP,  « ne pas utiliser Huawei, cela signifie que les prix pourraient augmenter et in fine ralentir la pénétration du numérique en Afrique ». Le directeur opérationnel d’OMEA annonce néanmoins la mise en place de centres de supervision  pour « s’assurer que les données de nos réseaux ne sont pas récupérées et transférées ailleurs ».

 

24 juin 2019/ Par Théau Monnet

 

https://www.jeuneafrique.com/793143/economie/telecoms-orange-surfe-sur-le-developpement-du-marche-africain/

 

Résultat de recherche d'images pour "Orange, Paris, headquarter"


---------------------------

 

 Résultat de recherche d'images pour "Afrique, orange, antenne relais"


2 - Télécoms : En Afrique, Orange fait le pari de la diversification

 

Confronté à la forte baisse de ses revenus voix et SMS, le géant français des télécoms, qui est présent dans 20 pays africains, se développe dans la banque, l'énergie et l'agriculture.

 En Afrique, Orange trouve son costume d'opérateur télécoms trop étroit. Il n'hésite pas à se lancer dans des domaines comme la banque, l'énergie ou l'agriculture. C'est ce qu'a souligné Alioune Ndiaye, le patron d'Orange Afrique, ce mardi au Cap (Afrique du Sud), au salon Africacom, le plus grand événement dédié aux télécoms du continent. 


Pourquoi l'opérateur cherche-t-il à se diversifier dans des secteurs qui semblent, au premier abord, bien éloignés de son coeur de métier? Parce qu'Orange, qui est présent dans 20 pays d'Afrique, est notamment confronté à la baisse de ses revenus historiques issus de la voix, des SMS et autres appels internationaux. La faute aux services Internet comme WhatsApp, dont la démocratisation pèse sur son chiffre d'affaires.

 

Résultat de recherche d'images pour "Télécoms, Orange, Afrique"


. 40 millions de clients pour Orange Money

Pour se relancer, Orange a choisi d'investir dans de nouvelles activités. Lancé en 2008 en Côte d'Ivoire, sa solution de paiement mobile Orange Money compte désormais 40 millions de clients dans 17 pays. Alors qu'une grande partie de la population ne dispose pas de compte en banque, son service permet, pêle-mêle, d'envoyer de l'argent à un proche, de payer les frais de scolarité ou encore de s'acquitter de certains impôts.

 

Mais Orange ne veut pas en rester là. A moyen terme, l'opérateur veut notamment proposer du microcrédit (de 1,5 à 100 euros) et des assurances. Pour arriver à ses fins, l'opérateur a demandé une licence bancaire auprès de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO), qui compte plusieurs pays où il est implanté (comme le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Guinée ou le Mali).

 "Si la BCEAO nous accorde une licence, nous serons en mesure de lancer nos nouveaux services bancaires au maximum 12 mois après la date d'obtention", précise Alioune Ndiaye.

 

Résultat de recherche d'images pour "orange kits solaires pour accéder à l'électricité"


_ Des kits solaires pour accéder à l'électricité

En Afrique, Orange accélère dans un autre domaine: l'énergie. Depuis l'an dernier, l'opérateur commercialise, à partir de 15 euros par mois, un kit comprenant une batterie et un panneau solaire. Il permet aux habitants des zones rurales d'accéder chez eux à l'électricité. Cette solution leur permet d'alimenter des lampes, un téléviseur, et, bien sûr, de recharger des téléphones. Ce service, dont le paiement s'effectue via Orange Money, est aujourd'hui disponible au Congo, à Madagascar, au Sénégal, au Mali, en Guinée, en Côte d'Ivoire et au Burkina Faso. Aujourd'hui, Orange revendique un peu moins de 10.000 clients pour ce service. Il espère passer la barre des 50.000 fidèles d'ici la fin de l'année prochaine.

 

Orange veut aussi jouer un rôle dans l'agriculture. Sur ce front, l'opérateur fournit, grâce au mobile, des informations à environ 600.000 agriculteurs au Mali et en Côte d'Ivoire. "Celles-ci concernent les prévisions météo, ainsi que des conseils sur l'utilisation des pesticides, des engrais, indique Alioune Ndiaye. Nous précisons également aux agriculteurs quels sont les cours de leurs produits dans les villes les plus proches." D'après lui, ce service leur permet d'augmenter leurs revenus "de 15% à 30%".

 

Résultat de recherche d'images pour "Télécoms, Orange, Afrique, équipements"


_ Un levier pour ferrer et fidéliser des clients

Aux dires d'Alioune Ndiaye, ces initiatives visent à transformer Orange, à terme, en "opérateur multi-services". Le patron d'Orange Afrique se situe, ainsi, en ligne avec son prédécesseur, Bruno Metling. Il y a deux ans, ce dernier s'estimait "convaincu"dans nos colonnes, qu'à l'horizon 2050, "ces nouvelles activités seront plus importantes que la connectivité dans le compte de résultat". Sachant qu'en 2017, Orange Money représentait 241 millions d'euros en termes de chiffres d'affaires - c'est-à-dire une goutte d'eau sur les 5 milliards générés par Orange Afrique sur l'exercice.

 

Quoi qu'il en soit, ces nouveaux services constituent aussi pour l'opérateur, qui revendique 120 millions de clients sur le continent, un moyen d'en ferrer et d'en fidéliser de nouveaux. Un impératif puisque l'Afrique est pour lui un marché de volume, où le revenu moyen par utilisateur est faible (entre 4 et 6 dollars).


 Résultat de recherche d'images pour "orange smartphones"


_ De nouveaux smartphones moins chers

Pour doper son nombre de clients, Orange a notamment affirmé, à Africacom, qu'il proposerait "une nouvelle catégorie de téléphones intelligents" début 2019. D'après l'opérateur, ces terminaux fonctionneront sous le système d'exploitation KaiOS, "qui crée un écosystème émergent de produits et de services numériques à un prix très attractif". Orange précise que les clients pourront utiliser l'Assistant Google "en français, en anglais et en arabe" afin de "surmonter les obstacles en matière de langue et d'alphabétisation". Cela permettra à l'industriel de s'adresser aux populations illettrées, parfois très importantes dans certains pays africains.

 

Par Pierre Manière/ 14/11/2018/

 

https://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/en-afrique-orange-fait-le-pari-de-la-diversification-797415.html/


Résultat de recherche d'images pour "orange money, africa, new building"


---------------------------


Résultat de recherche d'images pour "Afrique, orange, antenne relais, Afrique, orange telecom"