Publié le : 12-01-2020 à 20:58:02 Synthèse, compilation et textes réunis (David N'DJA Boka)

ETHIOPIE/ HYDRO-ELECTRICITE : la politique énergétique problématique de l’Ethiopie (lorsque le fleuve appartient à plusieurs peuples…)

 

« Barrage du Nil/ l'Ethiopie, l'Egypte et le Soudan se séparent sans accord : Il va falloir attendre encore quelque temps avant d’assister à un accord définitif dans les négociations liées à un barrage sur le Nil Bleu, objet de tension entre l’Ethiopie, l’Egypte et le Soudan. Jeudi, ces trois protagonistes ont achevé les pourparlers sans qu’un accord ne soit trouvé. »

« Les parties en question ont examiné plusieurs questions, notamment celle cruciale du remplissage du réservoir du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) ainsi que le débit annuel du fleuve. «Nous avons convergé sur de nombreux points. Cependant, nous n’avons pu finaliser notre accord», a souligné le ministre éthiopien de l’Eau, Seleshi Bekele. »

 

 Résultat de recherche d'images pour

 

--------------------------

 

 Résultat de recherche d'images pour


1 - Egypte-Ethiopie: échec des dernières négociations sur le barrage de la Renaissance

 

Après 9 ans de discussions et 4 rounds de négociations initiés par les Etats-Unis pour arriver à un accord, les négociateurs égyptiens et éthiopiens se sont séparés le jeudi 9 janvier à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, sur un échec. Pourtant, en novembre dernier, les deux pays et le Soudan s’étaient donné jusqu’au 15 janvier pour parvenir à un accord et avaient annoncé en décembre dernier avoir enregistré des progrès significatifs donnant l’espoir à un accord lors de la réunion du jeudi dernier.

 

Les parties en question ont examiné plusieurs questions, notamment celle cruciale du remplissage du réservoir du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) ainsi que le débit annuel du fleuve. «Nous avons convergé sur de nombreux points. Cependant, nous n’avons pu finaliser notre accord», a souligné le ministre éthiopien de l’Eau, Seleshi Bekele.

 

Il explique en outre que l’Egypte a soumis une nouvelle proposition portant sur un remplissage du réservoir du barrage sur une période allant jusqu’à 21 ans, jugeant que celle-ci est inacceptable. Son homologue égyptien préférant expliquer que les discussions ont apporté de la «clarté».


 Résultat de recherche d'images pour


Après cet échec, les ministres des Affaires étrangères des trois pays doivent se retrouver le 13 janvier au département du Trésor américain à Washington. Avec la médiation américaine, les parties pourront arrondir les angles et trouver un terrain d’entente. On parle aussi de la possibilité que les trois pays se mettent d’accord sur l’aide d’un médiateur. A défaut, le dossier devrait être traité au plus haut niveau par les chefs d’Etat des trois pays.

 

Au cœur du différend égypto-éthiopien, la durée du remplissage du réservoir géant de 74 milliards de mètres cubes du barrage de la Renaissance. Si l’Egypte souligne avoir fait des concessions en acceptant la présence du barrage tout en exigeant un cadre de gestion concerté et des garanties sur son approvisionnement avec un minimum annuel de 40 milliards de mètres cubes, au lieu de 55 milliards de mètres cubes, l’Ethiopie est restée un peu moins transparente sur les aspects techniques du barrage et poursuit les travaux afin de mettre l’Egypte devant un fait accompli.

D’ailleurs, le gouvernement éthiopien annonce sa volonté de faire fonctionner les premières turbines du géant barrage dès la fin de l’année 2020 avant d’atteindre une capacité opérationnelle complète en 2022.


Résultat de recherche d'images pour

 

Or, pour y arriver, l’Ethiopie devra remplir l’immense réservoir du barrage pour faire fonctionner les turbines qui vont fournir de l’électricité. Ce qui pourrait se traduire inéluctablement par une baisse significative du débit du Nil sachant que le Nil Bleu, qui prend sa source en Ethiopie, fournit 84% des eaux du Nil. C’est dire que le Nil est vital pour l’Egypte. Le Nil fournit en effet 97% des besoins en eau de l’Egypte et ses rives abritent 95% des quelque 100 millions d’habitants du pays. Et le Caire estime avoir des «droits historiques» sur le Nil, garantis par les traités de 1929 et 1959.


 Mais avec ce barrage qui a coûté plus de 4 milliards de dollars et qui pourra produire jusqu’à 6.400 MW, l'Ethiopie, pays qui affiche la plus forte croissance moyenne du PIB du continent au cours de la décennie écoulée, souhaite faire face aux besoins énergétique de sa population et de ses industries. A peine 50% de la population éthiopienne ont accès à l’électricité, alors que le pays ambitionne un accès total de sa population à l’électricité en 2025.

 

Source : m.le360.ma/afrique/

 

Mise à jour le 10/01/2020/ Publié le 10/01/2020/ Par Moussa Diop

 

https://m.le360.ma/afrique/autres-pays/politique/2020/01/10/29130-egypte-ethiopie-echec-des-dernieres-negociations-sur-le-barrage-de-la-renaissance-29130/

 

Résultat de recherche d'images pour


--------------------------

 

 Résultat de recherche d'images pour


2 - Barrage du Nil : l'Ethiopie, l'Egypte et le Soudan se séparent sans accord

 

Il va falloir attendre encore quelque temps avant d’assister à un accord définitif dans les négociations liées à un barrage sur le Nil Bleu, objet de tension entre l’Ethiopie, l’Egypte et le Soudan. Jeudi, ces trois protagonistes ont achevé les pourparlers sans qu’un accord ne soit trouvé.

 Les deux jours passés dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba, par les ministres de l’Eau et de l‘Énergie des trois pays étaient pourtant censés déboucher sur un consensus, mais les parties ont campé sur leurs positions, notamment au sujet du « remplissage du réservoir et de l’utilisation du barrage », épine dorsale des discussions.

 

À en croire le ministre éthiopien de l’Eau et de l‘Énergie, Sileshi Bekele, la « délégation égyptienne a élaboré une nouvelle matrice pour le processus de remplissage du barrage » et proposé à l’Ethiopie « de prolonger le délai de remplissage du barrage de 12 à 21 ans ». Une option « inacceptable » pour Addis-Abeba qui dénonce le manque de volonté du Caire.


 Résultat de recherche d'images pour


« Je ne pense pas que la délégation égyptienne était dans l’esprit de parvenir à un accord lorsqu'elle est venue ici pour cette réunion »

« Je ne pense pas que la délégation égyptienne était dans l’esprit de parvenir à un accord lorsqu’elle est venue ici pour cette réunion », a déclaré M. Bekele.

 

Pour l’Egypte, pourtant, la lenteur du remplissage du barrage devrait éviter de réduire drastiquement le débit du Nil dont est fortement tributaire l’agriculture égyptienne. Malgré tout, les deux parties ont réussi à s’accorder sur quelques points, soient-ils mineurs. Par exemple, l’Ethiopie s’engage à attendre le début de la saison des pluies, en juillet 2020, avant de débuter l’irrigation du barrage. « Nous avons réduit nos divergences sur de nombreux autres problèmes, notamment la stratégie d’atténuation de la sécheresse », a précisé le ministre éthiopien.

 

Long de 1,8 km et haut de 145 m, le Grand barrage de la renaissance (GERD) doit devenir le plus grand barrage hydroélectrique d’Afrique, et est essentiel, selon Addis Abeba, au développement du pays. Le barrage, dont la construction est estimée à plus de 4 milliards de dollars, devrait commencer à produire de l‘électricité d’ici à fin 2020.

 

Après neuf ans de négociations stériles, les acteurs de la crise espèrent trouver un accord. Ils se sont donnés jusqu’au 15 janvier pour y parvenir. Ils sont également attendus lundi à Washington pour rendre compte des progrès qu’ils ont réalisés jusqu‘à présent. Les États-Unis et la Banque mondiale étant des observateurs des pourparlers.

 

Source : fr.africanews.com// Rédaction Africanews avec Agences / 09/01 - 19:52

 

https://fr.africanews.com/2020/01/09/barrage-du-nil-l-ethiopie-l-egypte-et-le-soudan-se-separent-sans-accord//

 

Image associée


--------------------------

 

 Résultat de recherche d'images pour


3 - ENERGIE/ Éthiopie : le barrage Grande Renaissance alimentera le Soudan en électricité

 

D’une capacité de 6000 MW, le futur barrage Grande Renaissance, en Éthiopie, alimentera aussi le Soudan, a annoncé le président soudanais Omar el-Béchir. Lorsqu’elle sera achevée, la plus grande centrale hydroélectrique d’Afrique – et l’une des plus grandes du monde -, le fameux projet Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD), fournira le Soudan en électricité, rapporte l’agence Bloomberg.

 

D’une puissance de 500 KV, la ligne de transmission doit relier le barrage, installé sur le Nil Bleu en Éthiopie, à la capitale soudanaise, Khartoum. L’annonce en a été faite par Omar el-Béchir, en déplacement à Addis-Abeba le 4 avril. Le président soudanais en a profité pour évoquer les mesures de rapprochement économique entre les deux pays, notamment en mentionnant un plan pour créer une « zone de libre-échange » entre l’Éthiopie et le Soudan, sans donner plus de détails.

 

Résultat de recherche d'images pour


Potentiel hydroélectrique éthiopien

D’après Omar el-Béchir, un accord sur la construction d’une ligne de chemin de fer vers Port Soudan, qui prévoit la construction d’un terminal dédié à l’Éthiopie, est par ailleurs toujours en attente de financement. Des études stratégiques ont été menées même si l’Éthiopie utilise déjà le port soudanais pour ses exportations d’engrais.

 Évalué par Bloomberg à 6,4 milliards de dollars, le GERD doit fournir 6000 MW d’électricité, soit le triple de la capacité énergétique actuelle de l’Éthiopie. Prévue à l’origine pour 2016, cette centrale comptera parmi les dix premières dans le monde une fois lancée.

 

Avec Gibe III (1 870 MW), sur l’Omo, à 470 km au sud-ouest d’Addis, le GERD est l’un des deux grands barrages construits par l’italien Salini Costruttori en Éthiopie. Le pays veut capitaliser sur son potentiel hydroélectrique (estimé à 40 000 mégawatts, le deuxième du continent après celui de la RD Congo) pour assurer son développement industriel et devenir le premier exportateur d’électricité en Afrique (il alimente déjà Djibouti).

 

07 avril 2017/ Par Julien Vallet

 

https://www.jeuneafrique.com/425830/economie/ethiopie-barrage-grande-renaissance-alimentera-soudan-electricite/

 

Résultat de recherche d'images pour


--------------------------

 

 Résultat de recherche d'images pour