Publié le : 29-06-2020 à 13:34:42 Synthèse, compilation et textes réunis (David N'DJA Boka)

Côte d'Ivoire/Abidjan/Déficit d'infrastructures : Nombreux dégâts des inondations/ Qui sont les vrais responsables ?



Ce à quoi nous assistons aujourd'hui à la Riviera Allabra, Riviera Rue Ministre, Riviera 9Kilo, Riviera Palmeraie, Riviera Bonoumin, Cocody Angré Chateau Fondasso, Cocody Angré les Oscars, Carrefour de l'Indenié, Carrefour Zoo, Bietry à Marcory zone 4, à chaque grande averse est la conséquence d'un immobilisme, d'un manque de volonté, d'un manque de courage et d'une société gagnée par la corruption à grande échelle. Une société, où tout se gère par intérêt. C'est pour le frère de tel donc... la sœur de tel donc..., l'ami intime de tel donc... Donc on ferme les yeux et on laisse faire.
  Réduction des risques de catastrophe : lancement du projet ...


Combien sommes-nous qui avons vu sur des murs la notion A.D pour dire À Détruire et les semaines ou mois qui suivent, on est étonné de voir l'édifice monté et bien planté ? Combien d'opérations immobilières ou de cités avons-nous vu pousser comme des champignons sur du bois mort, çà et là sans étude à donnée environnementale et sociale pour mesurer l'impact de réalisation de cette construction sur l'environnement, les populations, le sol, la faune etc! Même quand elle est réalisée, les résultats sont mis dans le terroir. Parce que ce à quoi nous assistons est la conséquence de ce manquement grave. 

Côte d'Ivoire : trois morts dans des inondations à Abidjan ...


La pluie a toujours existé avec son cortège d'eaux de ruissellement. Quand le passage de ces eaux est obstruée, il va sans dire qu'il faut s'attendre aux dégâts. Combien sont-ils ces cabinets qui ont reçu des arrêtés portant délivrance des agréments aux bureaux d’études et consultants indépendants pour la conduite des évaluations environnementales en Côte d’Ivoire et qui, dans le fond, ne font pas leur travail ? L'Agence nationale de l'environnement a-t-elle un regard sur les résultats de leur travail ? Ces cabinets pullulent aujourd'hui. Comment leurs activités sont réglementées ? 
Difficile de le dire. Parce qu'il est bien beau d'avoir un agrément mais celui-ci, au-delà du volet économique, se doit d’être engagé à garantir aux concitoyens leur droit à un environnement sain. Les récentes pluies nous donnent une réponse claire et sans ambages.

EVALUATION SUR LES INONDATIONS : ENVIRON 200 MILLIARDS FCFA ...

Au lendemain des premiers dégâts, notamment le samedi, selon les explications du ministre Anne Désirée Ouloto, sur les inondations « Des espaces non constructibles ont été lotis, vendus et des habitations ont été construites. L'eau a du mal à rejoindre son lit naturel parce que les gens ne respectent pas les normes techniques. » A cette déclaration, le commun des citoyens pourrait rétorquer à notre ministre de l'Environnement qui sont les responsables du lotissement d’espaces non constructibles et où ils sont. Y-a-t-il vraiment des contrôles, comme nous le relevions plus haut? Que doit-on faire et qui ne l'est pas? Quelles sont les sanctions dans une situation pareille? Parce qu'il ne suffit pas de laisser faire et venir faire comme si on ne savait.

La Côte-d'Ivoire et Abidjan renouent avec les inondations après ...


Le Directeur général de l'Office national de l'assainissement et drainage (Onad), après l'alerte de la Sodexam qui prédisait de fortes pluies, disait « L’an dernier, avec 30 % de taux de réalisation, les ouvrages visités ont permis de juguler les inondations dans la zone. S’il n’y a pas eu d’inondation l’année dernière, ce n’est pas cette année, avec 90 % de taux de réalisation des infrastructures de drainage qu’il y en aura ». Aujourd'hui, la pluie de ces derniers jours est venue lui donner une belle réplique sur la qualité desdits ouvrages.

 Inondations à Abidjan: Un niveau de pluies jamais atteint depuis ...

Comme on le constate, les faits sont bien là et qui viennent mettre à nu les travaux dont la réalisation a coûté des centaines de millions pour ne pas dire des milliards. On n'avait pas manqué de dire que "C'était la fin des travaux, avant la saison de pluies" comme barré à la Une du quotidien d'État. On se réjouissait de préciser que les emprunts d'eaux étaient libérés, des caniveaux construits, des bassins écrèteurs réalisés... après une visite sur les différents chantiers, effectuée par les ministres de l'Environnement et de l'Intérieur. La pluie est venue vérifier lesdits travaux et leur donner une note amère. Malheureusement, c'est les populations qui paient le lourd tribut de toutes ces incompétences et laxismes...

Rappelons que les pluies, cette année, ont déjà fait 17 morts à Anyama et 7 autres le jeudi 25 juin. Ce qui fait 24 décès enregistrés contre 18 en 2018.

Source : Publié le lundi 29 juin 2020/ Le Nouveau Réveil / JEAN PPRISCA

https://news.abidjan.net/h/675548.html


Pluies

------
Prévention et gestion des inondations : La géo-information comme ...